25 novembre, Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Tant que les femmes et les filles, qui forment la moitié de la population de la planète, ne vivront pas à l’abri de la peur, de la violence et de l’insécurité quotidienne, il nous sera impossible de prétendre vivre dans un monde juste et égal. António Guterres, secrétaire général de l’ONU.

Prendre position contre la violence sexiste

Malgré l’adoption de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1979, la violence à l’égard des femmes et des filles reste un problème omniprésent dans le monde.

À ce jour, seuls deux pays sur trois ont interdit la violence domestique, tandis que 37 pays dans le monde continuent d’exempter les auteurs de viol s’ils sont mariés, ou épousent éventuellement la victime et 49 pays n’ont actuellement aucune loi protégeant les femmes de la violence domestique.

Pourquoi une journée internationale ?

Depuis 1981, les défenseurs des droits des femmes organisaient chaque année, le 25 novembre, une journée de lutte contre la violence sexiste à la mémoire des trois sœurs Patria, Minerva et María Tereza Mirabal, des opposantes politiques brutalement assassinées en République Dominicaine, le 25 novembre 1960, sur les ordres du dirigeant de l’époque, Rafael Trujillo (1930–1961).

En 1999, l’Assemblée générale des Nations unies a proclamé le 25 novembre journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et a invité les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non-gouvernementales, à organiser ce jour-là des activités conçues pour sensibiliser l’opinion au problème de la violence à l’égard des femmes.

Le 3919 « Violence Femmes info » est un numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage, et aux professionnels concernés. L’appel est anonyme et gratuit 7 jours sur 7, de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés.

En cas d’urgence appeler Police Secours au 17 (112 depuis un portable).

Code de détresse à connaître : si une femme dans la rue vous montre sa paume de main et qu’il y a un rond noir dessiné dessus, ne l’ignorez pas ! C’est un appel à l’aide. Cela signifie qu’elle se fait battre mais qu’elle ne peut rien dire de vive voix.

Des chiffres alarmants

  • 35 % des femmes dans le monde ont subi des violences physiques et/ou sexuels de la part d’un partenaire intime ou des violences sexuelles de la part d’une autre personne (sans compter le harcèlement sexuel), à un moment donné dans leur vie.
  • Près de 750 millions de femmes et de filles dans le monde étaient mariées avant leur 18e anniversaire. Plus de 200 millions de femmes et de filles ont subi une mutilation génital féminine.
  • 71 % de toutes les victimes de la traite des êtres humains dans le monde sont des femmes et des filles, trois quarts d’entre elles sont exploitées sexuellement.
  • 121 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex compagnon en France en 2018, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

Source : https://www.un.org/fr/events/endviolenceday/

Author: rabetokotanya

Share This Post On